• Hey mes petites oreillettes provençales,

     

    eponge de mengerAujourd'hui on célèbre ensemble l'union de deux de mes passions les plus papivores (et chronophage), à savoir vous l'aurez deviné le pliage et le découpage. On en profite par la même occasion pour jeter un œil sur la talentueuse scène française de l'origami.

    Pour être honnête ça fait un moment que l'idée me turlupine (j'ai eu de passionnantes conversations lors de la convention de Lyon) et j 'ai multiplié les expériences dont je vais partager deux résultats pas trop dégueux avec vous.

    Éponge de Menger simplifié

    Nous avons ici ma première expérience un peu aboutie. Par amour de la noble mathématique et un peu parce que je suis une quiche dans le création de modèles de pliage, il me semblait judicieux de commencer par la fractale nommée éponge de Menger. Pour les deux lecteurs qui n'auraient pas encore bu leur café, une fractale c'est: "un objet dont la structure est invariante par changement d'échelle" (merci wikipédia)

    Parmi les fractales célèbres, celle ci me semblait la plus accessible avec sa base cubique

    CP cube

    Après avoir créé un pliage simple de cube à 5 faces, et dessiner son CP ( creas pattern, mais j'y reviendrai plus tard), j'ai dégainé photoshop pour y placer tous les petits découpages.

    Ce n'est qu'après avoir joué du scalpel que j'ai replié mon modèle. Je suis le premier à reconnaître qu'il est loin d'être parfait surtout parce qu'il est creux, mais ça restait pour moi une très bonne entrée en matière.

    eponge de menger

    elven owl

    Avant d'aller plus loin je me dois de vous présenter une de mes idoles, française de surcroît: M. Sébastien Limet.

    Ce jeune artiste origamiste est tout simplement génial! Il a une approche très moderne de la papiflexion, un sens de l'humour très particulier et un esprit, il me semble parfois, encore plus tordu que le mien.

    Plutôt que d'en dire plus je vous invite à aller visiter sa page flickr .

    Le monsieur en question m'a fait l'honneur de me prêter un de ses modèle, le luowl, une petite chouette avec un gros bidou et de grands yeux.

    luowl

    Après avoir étudié le pliage de la bête, je me suis lancé dans un découpage que je voulais inspiré du seigneur des anneaux ( les illustrations d'Alan Lee.)

    Il m'aura quand même fallu une grosse poignée d'essai et une demi douzaine de boulettes de papier avant de pouvoir vous présenter mon elen owl.

    elven owl

    Merci d'avoir lu jusqu'ici, comme toujours je suis friand de vos observations, critiques, idées en tout genre, n'hésitez pas à passer par la case commentaire.

    Quand à moi je vous souhaite une bonne rentrée (ou début de vacances suivant où vous êtes), et je vous dis à très très vite de dans bientôt.


    1 commentaire
  • Hello mes petits valentins pluvouilleux,

    Pour tous les amoureuxAujourd'hui, on se prépare pour la grande fête des fleuristes, des joaillers et surtout de tous les amoureux!  

    Pour ma part, je préfère de loin un petit cadeau fait-main qu'une quelconque babiole achetée et comme mon discours commence à devenir moralisateur et chiant, je vais m'arrêter là... Faites comme vous voulez mais aimez vous le plus possible: Hug ton chéri(e), ta mère ou ton chat ou les trois. Voila !

    Du coup, un seul sujet aujourd'hui, mais je me suis appliqué hein !

    Pour ma valentine à moi

    Cette année, l'idée était simple et elle est venue de la petite lampe de chevet du côté de chérie. Ca fait des semaines que je me dis qu'il y a moyen d'en faire un petit spectacle d'ombres avec son verre blanc dépoli.

    J'ai un peu réfléchi, pas mal dessiné pour en arriver à cette conclusion-ci :

     

    Oui, c'était aussi l'occasion de faire une petite vidéo pour vous montrer une de mes façons de travailler.

    Je vais d'ailleurs profiter d'être sur le blog pour rentrer un peu dans les détails techniques :

    • Pour dessiner, mon meilleur ami reste le crayon Faber-Castell B. Léger et d'une excellente qualité en ce qui me concerne et même si c'est pas flagrant sur la vidéo.
    • Pour l'encrage c'est aussi du Faber-Castell d'ailleurs. J'utilise un assortiment de la gamme PITT artist en fonction de ce que je veux faire (pointes très fines, pinceaux, etc.).
    • Je suis ensuite passé par une phase de vectorisation, ce qui m'a permis d'avoir des courbes plus propres et surtout de choisir une taille adaptée pour la réalisation de mon projet. Le logiciel que j'utilise est le même depuis des années: Photoshop CS3. Je suis tellement à l'aise avec (on a vécu une belle et longue histoire ensemble) que pour l'instant je ne me vois pas en changer pour ce genre de travail !
    • J'ai ensuite imprimé mon travail à la bonne taille sur du papier TANT, un classique des papiers à origami dont j'ai déjà parlé et auquel j'ai souvent recours pour des travaux de petite taille. La solidité !
    • J'ai découpé mon bazar avec mes scalpels(vous pouvez voir le scalpel droit qui me sert à découper en ligne et celui en forme de sabre qui me sert à trancher)
    • Un peu de colle en spray qui m'a finalement donné un peu beaucoup de fil à retordre et la découpe est placée à l'intérieur de la fameuse lampe que je citais plus haut
    • Et voila !

     

    J'espère que ça vous a plu, si c'est le cas, n'hésitez pas à le dire en commentaire ici ou sur youtube, à mettre des pouces un peu de partout et à partager la vidéo, ça me rendrait super fier !

    Si vous aussi vous voulez réaliser cette petite lampe, je vous donnerai avec plaisir le fichier PSD à imprimer, n’hésitez pas non plus à me le demander en mp!

    En attendant d'aller bisouiller mon amoureuse, je vous dis bien sûr: à très très vite de dans bientôt !


    votre commentaire
  • coucou mes petits têtus du sud,

    Petite et grande fiertéAujourd'hui, on va faire des aller-retours dans le temps !

    On passe vite faire un tour du côté du dernier article avec une petite vengeance personnelle envers moi-même, on fait un salto arrière pour atterrir sur la fin 2015 avant de rouler avec élégance jusqu'à ce mois-ci! Tout ça dans le même article, et avec le sourire et un petit collant de gymnaste (rêvez pas, il n'y a pas de photo).

    Sacré Guspath

    Yep, avant d'aller plus loin je tiens à vous informer personnellement que j'ai réussi à plier le fameux chat retors à tête de boite ! Il m'aura fallu un paquet d'essais et de boulettes rageuses, l'étude de plusieurs façons combinées et arrangées telles un cocktail de plis montagne et vallée, quelques larmes et un peu de crispation, mais il est là !

    Sous vos yeux ébaubis et sans plus attendre le fameux :

    Petite et grande fierté

    Pour le coup, le voici plié dans un kami bicolore qui m'arrive tout droit de Hong Kong, offert qu'il fût par une bonne et généreuse amie. Cécile tu chatoies comme jamais !

    Et comme je suis d'humeur badine, je vous mets une petite photo de famille des animaux mignons du monsieur :

    Petite et grande fierté

    Long way to home

    Au départ c'est une balade en colline, le long d'un petit chemin. Au départ, c'est une photo parce que le soleil traversait joliment les arbres qui encadraient le chemin.

    Ensuite vient le travail sur Photoshop et le doute. Surtout le doute. L'image est difficile, elle manque peut-être un peu de clarté, de lisibilité même. On s'en moque ! En avant jette-toi, papa, scalpel en main, à l’assaut de cette grande feuille de soie métallisée et conquiers donc ce territoire ! (oui, des fois je m'encourage un peu comme un pirate ou comme un empereur suivant l'accent que j'utilise en mon for intérieur).

    Reprenons... Je découpe, je troue, je sue. Je découpe encore et voila le résultat !

    Petite et grande fierté

    non pas tout à fait, ça c’était plus ou moins au milieu. Et voila le résultat !

    long way to home

    Bon au final, il rend plutôt très bien et j'en suis très content ! 40*50 cm une fois encadré.

    Barjols, merci infiniment beaucoup !

    Allez, pour finir de se mettre en joie, on va conclure sur un événement très important pour moi.

    J'en parlais aussi dans l'article précédent, l'office de tourisme de Barjols m'a gentiment accueilli à la fin du mois dernier. Et bien, on remet ça de manière très officielle pour une expo collective, du 2 février au 30 mars 2016 !

    Cela me ravit, bien sûr et je suis fier comme un pou ! Si vous visitez, habitez, voyagez ou transitez par le var, n'hésitez pas à passer par là-bas !

    Sur ce, je retourne à mes lames et je vous dis bien sûr,

    A très très vite de dans bientôt !


    votre commentaire
  • Salut mes petites plantes irlando-indonésiennes,

    guspath lionAujourd'hui, on va parler d'un sujet que je maîtrise à peine et surtout d'une personne que je ne connais que très peu et sur laquelle il est très, mais alors très difficile de trouver la moindre information !

    Pas de surprise, puisque c'est dans le titre, il s'agit d'un monsieur que je ne connais que par son travail, à savoir, Guspath Go.

    La première fois que j'ai croisé le bonhomme, c'est en cherchant des diagrammes d'origami à travers la lande infinie d'internet. C'était il y a de ça des années, je me remettais doucement au pliage intempestif, et au milieu de recherches de modèles ultra-réalistes à 8000 plis, je suis tombé sur le lion le plus mignon du monde !

    Et une fois que j'ai vu le lion, de surprise en surprise, j'ai découvert une façon de plier élégante et originale, un bestiaire fou et quelques curiosités comme une souris d'ordinateur !

    Le lion

    A la recherche de Guspath

    Comme je disais, aussitôt découvert la bête la plus cute de tous les temps je me suis empressé de le plier, et, comme ça m'arrive quelquefois, de l'apprendre. Ce faisant, je me suis aperçu de deux choses:

    - Contrairement aux apparences, aucun des modèles de Mr Go n'est vraiment simple, et c'est là un véritable tour de force, puisqu'une fois fini, on a l'impression qu'un enfant de 6 ans pourrait le plier alors que le monsieur utilise, et c'est le deuxième tiret,

    - A chaque diagramme, on découvre des méthodes d'une élégance rare bien que parfois fichtrement tordues et particulièrement anti-intuitives.

    Un Welsh Corgi et le pourquoi

    Je me fends donc d'une deuxième photo  avant de rentrer dans le détail.

    A la recherche de Guspath

    Alors, que ce soit bien clair ! Les morceaux de diagramme qui suivent ne m'appartiennent en aucun cas et sont la propriété exclusive de leur auteur.

    Pour avoir tout ce qui va autour (et même un peu plus) je ne peux que vous conseiller l'extrêmement génial site : Origami database , qui lui-même vous indiquera toutes les sources appropriées.

    Touchons donc du doigt ce qui je disais à peine plus haut:

    A la recherche de Guspath

    (Ce bout de séquence vient du diagramme publié par l'auteur sur son compte deviant-art et n'est ici reproduit que pour l'exemple).

    Ce fameux pli en open-sink pour faire sortir les pattes arrières... Mon dieu, c'est pas de la bombe atomique en papier ?

    Chaud comme tel j’enchaîne avec le lion que je vous montrais plus haut et dont le diagramme est tiré de la 11eme convention tanteidan.

    A la recherche de Guspath

    Ce pli étiré (qui doit plus ou moins correspondre à un squash fold en anglais) en tout début de diagramme permettra de faire ressortir la tête en 3 dimensions en fin de pliage. Juste, j'adore !

    En résumé, et si c'était pas encore assez limpide, je suis un fan du travail de M. Guspath Go, et ce même si certains de ses modèles me tirent des larmes de sang (cherchez donc un peu son chat et venez pleurer avec moi... ou vous moquer si vous vous y arrivez )

    A ce propos, si par le plus grand des hasards, un de mes lecteurs préféré, adoré, ou même béni jusqu'à la neuvième génération connaissait un moyen de le contacter, je lui en serais bien sûr infiniment gré.

    Sur ce, et d'ici là, je souhaite bien sûr de vous revoir très très vite de dans bientôt !


    votre commentaire
  • Hello mes petits provençaux verts,

    Aujourd'hui, on s'attarde un peu sur un des monstres géniaux qui ont fait de moi ce que je suis, le seul véritable surréaliste (auto-proclamé), et on en rajoute une (petite) couche.

    Ce n'est pas un secret, je suis amoureux fou du travail de Salvador Dali. Si je précise le travail, c'est que je ne suis pas un grand amateur du personnage public qu'il s'était façonné et que de toute façon j'aime pas le chocolat.

    Je n'adhère pas forcément non plus à ses sorties plus ou moins inspirées, ni à certains excès dont il s'était fait le porte parole. Mais son travail ! L'ensemble de son oeuvre picturale, ses sculptures, jusqu'à son musée, tout cela me fait frissonner de plaisir à la simple évocation de son nom.

    J'ai passé des années à étudier le bonhomme, à essayer de comprendre ses tableaux (quand le maître décidait qu'il pouvait effectivement y avoir une explication), à essayer de m'approprier certains de ses gimmicks. Las, nous savons vous et moi que c'était voué à l'échec mais peu importe.

    Comme je pourrais parler pendant des heures du monsieur mais que ce n'est pas exactement le but de cet article , je vais juste me contenter d'un petit rappel (là, par contre, c'est le but):

    Pendant qu'il vit aux Etats-Unis au début des années 40, Dali rencontre le photographe Philippe Halsman et ils ont l'idée d'une photo représentant la vie intra-utérine du peintre dont il dit parfaitement se souvenir:

    Hommage à Dali et plus si affinités

    (Je suis pas sûr de pouvoir poser ça là, mais c'est pour la référence.)

    Pourquoi je vous raconte tout ça ? Parce que cette photo a toujours provoqué chez moi un profond émoi. Avec le tableau suivant j'ai voulu lui rendre hommage, en respectant mes propres règles:

    Hommage à Dali

    On retrouve donc cette idée d'existence avant la naissance, cette attente de la vie. Le tout, bien sûr, dans du papier de soie métallisé découpé à la main.

    Et comme je suis très content de ce travail récent, il fait partie des deux tableaux que l'on m'a permis d'exposer pour les quelques jours à venir à l'office du tourisme de Barjols (dans le var).

    Hommage à Dali et plus si affinités

    Autant vous dire qu'en ce début d'année, je suis dans la joie jusqu'au cou !

    En brûlant de vous en dire un peu plus prochainement, je vous dis bien sûr,

    à très très vite de dans bientôt !

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires